Le corps dans la neurologie et la psychanalyse (NE): Leçons cliniques d'un psychanalyste d'enfants par Jean BERGES

Le corps dans la neurologie et la psychanalyse (NE): Leçons cliniques d'un psychanalyste d'enfants

Titre de livre: Le corps dans la neurologie et la psychanalyse (NE): Leçons cliniques d'un psychanalyste d'enfants

Éditeur: Eres

Auteur: Jean BERGES


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Jean BERGES avec Le corps dans la neurologie et la psychanalyse (NE): Leçons cliniques d'un psychanalyste d'enfants

Ancien chef de clinique, responsable de l’unité de biopsychopathologie de l’enfant de l’hôpital Sainte-Anne à Paris et psychanalyste, Jean Bergès, à travers son parcours original, n’a cessé de questionner la place du corps dans la clinique. Dans la tradition francophone qui, avec Piaget, Wallon, Ajuriaguerra, Lézine, s’est intéressée au développement de l’enfant, ses travaux apportent un éclairage utile aussi bien à la neurologie et à la pédopsychiatrie qu’à la psychomotricité, l’orthophonie, la pédagogie et la psychanalyse. Ils s’inscrivent dans le débat actuel ouvert par les neurosciences.

Cette nouvelle édition enrichie de quelques textes constitue une véritable somme théorique et clinique pour penser le corps de l’enfant, ses symptômes, dans son environnement familial et social, et dans ses articulations entre l’organique, le signifiant et le désir. Au fil des textes, sont finement interrogés l'érotisation de l'activité motrice et ses éventuels débordements, déjà chez le nouveau-né, ou dans l'hyperkinésie et la dyspraxie ; le corps engagé dans la parole et pris dans les lois du langage ; la difficile question des apprentissages comme le « forçage corporel » de la lecture, de l'écriture et du jeu de la lettre dans les embarras du savoir sexuel vis-à-vis de la connaissance ; en somme, ce que Jean Bergès appelle la « compétence du corps à soutenir du signifiant ».

Livres connexes

Ancien chef de clinique, responsable de l’unité de biopsychopathologie de l’enfant de l’hôpital Sainte-Anne à Paris et psychanalyste, Jean Bergès, à travers son parcours original, n’a cessé de questionner la place du corps dans la clinique. Dans la tradition francophone qui, avec Piaget, Wallon, Ajuriaguerra, Lézine, s’est intéressée au développement de l’enfant, ses travaux apportent un éclairage utile aussi bien à la neurologie et à la pédopsychiatrie qu’à la psychomotricité, l’orthophonie, la pédagogie et la psychanalyse. Ils s’inscrivent dans le débat actuel ouvert par les neurosciences.

Cette nouvelle édition enrichie de quelques textes constitue une véritable somme théorique et clinique pour penser le corps de l’enfant, ses symptômes, dans son environnement familial et social, et dans ses articulations entre l’organique, le signifiant et le désir. Au fil des textes, sont finement interrogés l'érotisation de l'activité motrice et ses éventuels débordements, déjà chez le nouveau-né, ou dans l'hyperkinésie et la dyspraxie ; le corps engagé dans la parole et pris dans les lois du langage ; la difficile question des apprentissages comme le « forçage corporel » de la lecture, de l'écriture et du jeu de la lettre dans les embarras du savoir sexuel vis-à-vis de la connaissance ; en somme, ce que Jean Bergès appelle la « compétence du corps à soutenir du signifiant ».Ancien chef de clinique, responsable de l’unité de biopsychopathologie de l’enfant de l’hôpital Sainte-Anne à Paris et psychanalyste, Jean Bergès, à travers son parcours original, n’a cessé de questionner la place du corps dans la clinique. Dans la tradition francophone qui, avec Piaget, Wallon, Ajuriaguerra, Lézine, s’est intéressée au développement de l’enfant, ses travaux apportent un éclairage utile aussi bien à la neurologie et à la pédopsychiatrie qu’à la psychomotricité, l’orthophonie, la pédagogie et la psychanalyse. Ils s’inscrivent dans le débat actuel ouvert par les neurosciences.

Cette nouvelle édition enrichie de quelques textes constitue une véritable somme théorique et clinique pour penser le corps de l’enfant, ses symptômes, dans son environnement familial et social, et dans ses articulations entre l’organique, le signifiant et le désir. Au fil des textes, sont finement interrogés l'érotisation de l'activité motrice et ses éventuels débordements, déjà chez le nouveau-né, ou dans l'hyperkinésie et la dyspraxie ; le corps engagé dans la parole et pris dans les lois du langage ; la difficile question des apprentissages comme le « forçage corporel » de la lecture, de l'écriture et du jeu de la lettre dans les embarras du savoir sexuel vis-à-vis de la connaissance ; en somme, ce que Jean Bergès appelle la « compétence du corps à soutenir du signifiant ».